OBTENEZ VOTRE CODE DE RÉDUCTION MAINTENANT

Inscrivez-vous pour recevoir des conseils gratuits, accéder à des offres exclusives, etc.

Blog

mardi, 30 mai, 2017

Comment le stress agit-il sur le bien-être de mon cheval ?

A l’état sauvage, le cheval est un animal de troupeau, qui broute à longueur de journée et surveille son environnement pour fuir les éventuels prédateurs. Le mode de vie que nous lui imposons est souvent très différent de celui de son environnement naturel.

En interagissant avec lui et en modifiant ses habitudes, nous le confrontons à différents éléments stressants. Le stress généré peut avoir un impact sur sa santé et son bien-être mais également sur ses performances sportives.

Intéressons nous de plus près à ce mal qui fait partie intégrante de la vie de notre monture.

Qu’est ce que le stress ?

Le stress qu’il soit aigu, ponctuel ou chronique, est une situation de tension physiologique et comportementale dû à un contexte nouveau ou menaçant. Il s’agit d’un état réactionnel qui affecte principalement les systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire et influence négativement le bien-être de l’animal.

En milieu naturel, quand ce dernier est stressé les battements de son cœur s’accélèrent, la pression sanguine augmente, la circulation s’accélère, le cerveau travaille plus vite, l’ouïe et la vue sont en alerte… Tout le corps se met en position de fuite. Or en captivité, lorsqu’il lui est impossible de fuir, son métabolisme va se mettre à sécréter du cortisol (hormone du stress) de manière plus conséquente. L’état de stress est géré par le système nerveux central qui fonctionne en tandem avec les glandes surrénales pour produire une cascade d'hormones.

Dans le cas d’une situation de stress ponctuel, les niveaux de cortisol vont revenir à la normale assez rapidement. Toutefois, si le stress est intense, s’il perdure et devient chronique, les conséquences liées à la libération des corticostéroïdes vont s’avérer sérieuses sur le bien-être du cheval et ses performances.

Quelles sont les conséquences d’un état de stress prolongé ?

Le stress agit sur la santé globale de votre monture en provoquant des perturbations physiologiques ou comportementales telles que :

• un manque de concentration au travail,
• des contractions musculaires,
• une sudation plus importante,
• une intolérance à l’effort,
• une perte d’appétit,
• une fragilisation du système immunitaire rendant le cheval plus sensible à d’autres maladies

Qu’elle qu’en soit l’origine, le stress modifie les fonctions digestives de votre cheval. En effet, une libération de cortisol trop importante va venir perturber le transit digestif par une diminution des enzymes digestives induisant ainsi la prolifération de bactéries pathogènes. Il pourra en résulter des diarrhées, une déshydratation, ainsi que des déséquilibres électrolytiques favorisant l’apparition de coliques.

Et votre sangle Seaver dans tout ça ?

En mesurant le niveau de stress de votre cheval au travail de façon régulière, Seaver vous donne la possibilité d’identifier les moments particulièrement stressant et ainsi d’anticiper ces perturbations. Dans notre cas, le niveau de stress est mesuré à partir des variations de la fréquence cardiaque et respiratoire et est symbolisé dans l’application par une jauge divisée en plusieurs segments de couleurs distinctes : le vert représentant un niveau de stress bas, le bleu, un niveau normal et le rouge, un niveau élevé. La partie mise en évidence sur la jauge correspond à la moyenne dans laquelle se situe votre cheval. Plus cette partie sera placée vers la gauche, moins votre cheval aura été stressé lors de sa séance, et inversement.

Un dernier conseil pour la fin

La charge de travail étant directement proportionnelle à la charge de stress, les athlètes les plus sollicités sont particulièrement enclins au stress. Un entrainement et des exercices adaptés au niveau de travail de votre cheval sont un bon moyen de prévenir et combattre le stress. Les programmes d'exercices cohérents aident non seulement à développer l'aptitude physique et à prévenir les blessures liées au surentrainement mais aussi à vous assurer de ne pas exiger par inadvertance un niveau de performance physique pouvant entrainer un stress chronique chez votre cheval.

A très vite pour un autre article,

La team Seaver (1) Dr Yves Bertrand, Stress et bien-être chez le cheval. Février 2007.
(2) Marie Peeters, Evaluation du niveau de stress du cheval en compétition et en milieu hospitalier : Mesures comportementales, physiologiques et appréciation du tempérament. 2012.